L’ÉCONOMIE MARITIME

LE POIDS DE L’ÉCONOMIE MARITIME

La France, forte de 11 millions de kilomètres carrés d’espaces marins, dispose (avec ses territoires outre-mer) du 2e espace maritime mondial.
Le maritime pèse 1.500 Mrds$ dans l’économie mondiale, 2e secteur économique, et pèsera 3.000 Mrds$ en 2030 (OCDE).
Objectif de doublement de l’économie maritime doit être tenu au niveau français

Les chiffres de l’économie maritime française 2018-2019

Le monde a connu plusieurs révolutions économiques et industrielles dans le passé, la plus récente étant la révolution « internet ». La prochaine révolution sera maritime, elle est déjà engagée. La mer est le nouvel espace de développement de la planète car elle est à la croisée de tous les secteurs de l’économie et répond aux besoins de l’humanité et du mode de vie de nos sociétés : alimentation, transition énergétique, santé, minéraux, transports, loisirs.

Le maritime pèse 1.500 Mrds$ dans l’économie mondiale, et pèsera 3.000 Mrds$ en 2030 (OCDE).

Aux côtés des secteurs traditionnels, de nouveaux secteurs industriels vont émerger à l’horizon des prochaines décennies. Ces secteurs concerneront principalement les marchés des technologies nécessaires à l’exploitation des ressources, ainsi que celui du monitoring des activités en mer et celui de la sûreté des espaces maritimes dans lesquels elles sont implantées.

Cette exploitation est une des conséquences de l’épuisement progressif des ressources terrestres mais aussi de l’augmentation des besoins d’une population mondiale qui s’accroît et de l’émergence de puissances industrielles. Elle devra impérativement être raisonnée en prenant en compte le double souci de durabilité des ressources et de protection de l’environnement.

Le développement de ces activités en mer va également créer de nouvelles filières économiques sur les littoraux, ce qui, couplé à l’accroissement de la densité des populations sur les côtes, se traduira par une autre gestion du littoral et des interfaces terre/mer, porteuse elle aussi de nouvelles activités (infrastructures portuaires flottantes, production et traitement de l’eau).
Tous ces secteurs économiques sont et seront créateurs de richesses et d’emplois pour les industriels qui auront su se positionner sur les marchés mondiaux.

 

Gagner le pari de la croissance bleue

L’enjeu réel pour la France consiste à utiliser dès maintenant ses atouts pour faire germer les futurs champions français de la mer comme le sont aujourd’hui Google ou Apple dans le monde de l’internet : des centaines de milliers d’emplois exaltants et plein d’avenir pour nos jeunes, et l’une des rares perspectives de développement de nos Outre-mer.

Pour atteindre cet objectif, une politique maritime ambitieuse devra prendre en compte en particulier :

la vision et la gestion intégrées des activités maritimes pour comprendre toutes les interactions entre économie, environnement et société, dans toutes les dimensions : mer, interface terre-mer et au cœur des territoires ;

l’adaptation des politiques publiques pour créer les conditions de développement des acteurs économiques, notamment sur les plans administratif, juridique, fiscal et financier, ainsi que dans la diplomatie et la défense.

Les travaux menés actuellement pour la Stratégie Nationale de la Mer et du Littoral et la planification des espaces maritimes révèlent un besoin urgent : définir ce que la France veut faire de ses espaces maritimes, à l’instar de ce qu’elle a sur faire pour l’espace ou le nucléaire.