LE CLUSTER DANS LE MONDE

Le monde a connu plusieurs révolutions économiques et industrielles dans le passé, la plus récente étant la révolution « internet ». La prochaine révolution sera maritime, elle est déjà engagée. La mer est le nouvel espace de développement de la planète car elle est à la croisée de tous les secteurs de l’économie et répond aux besoins de l’humanité et du mode de vie de nos sociétés : alimentation, transition énergétique, santé, minéraux, transports, loisirs.

Le Cluster Maritime Français a initié la création de Clusters maritimes d’Outre-mer pour rassembler les acteurs maritimes locaux, porter leurs projets et développer le secteur maritime local.

Les premiers clusters ont ainsi été créés officiellement en Guadeloupe (mai 2011), à La Réunion (septembre 2011), et ont été suivis par la Guyane (mai 2012), et la Martinique (juin 2013), et enfin la Polynésie Française (juin 2014), la Nouvelle-Calédonie (août 2014) et Saint-Pierre-et-Miquelon (2016). Ils sont aujourd’hui 7 Clusters maritimes Outre-mer.

A l’exemple du CMF, mais à une échelle territoriale, les Clusters Maritimes d’Outre-mer représentent le secteur maritime et font la promotion de l’économie maritime ultramarine. Sur un modèle similaire au nôtre, ils organisent des groupes de travail sur leurs problématiques propres, des événements dédiés (forum des métiers de la mer, actions de sensibilisation à l’environnement marin, salons professionnels, etc.), et agissent comme organe d’influence pour porter les préoccupations de leurs adhérents au plus haut niveau de décision. Avec le CMF, les Clusters Maritimes d’Outre-mer partagent une même philosophie, ainsi qu’une image commune au travers d’une charte graphique harmonisée.

Chaque année les Clusters Maritimes d’Outre-mer se réunissent pour une journée de coordination, riche moment d’échanges sur les sujets transversaux et prioritaires, et conclusion annuelle des travaux réguliers en visioconférence ou téléconférence. Depuis la création du Comité France Maritime, un volet Outremer est dédié, avec des ateliers en région et une réunion plénière.

Acteurs ancrés au cœur de leurs territoires, les Clusters Maritimes d’Outre-mer participent également aux instances de décision locales, et/ou internationales de coopération régionale dans les bassins Atlantique Nord-Ouest, Caraïbe, Océan Indien ou Pacifique.

La Polynésie Française

Site internet : www.cluster-maritime.pf
Mail : contact@cluster-maritime.pf

La Nouvelle Calédonie

Web : www.cluster-maritime.pf
Twitter : @Tahiti_Maritime
Mail : contact@cluster-maritime.pf(link sends e-mail)
Adhérents : 48

Saint Pierre et Miquelon

Au niveau européen, le CMF a suscité la création du « European Network of Maritime Clusters » (ENMC) qui vise à renforcer la communauté maritime européenne et peser dans les décisions et les politiques à Bruxelles. Ce « Cluster européen » a pour objectif de faire reconnaître l’importance du maritime dans l’économie et de faciliter la mise en œuvre d’une politique maritime intégrée grâce à la croissance bleue.

Afin de renforcer l’action des entreprises françaises de l’économie maritime à l’international, et plus particulièrement dans la zone Indo-Pacifique, le CMF a créé ou contribue à plusieurs comités :

A Singapour, en 2014 création d’un comité maritime en partenariat avec la Chambre Française de Commerce de Singapour, qui compte une cinquantaine de sociétés françaises. Piloté par les dirigeants de ces entreprises, c’est un lieu de réflexion alimenté par le résultat de 4 études de marché menées avec l’ESSEC Singapour, d’échanges, de networking, de lobbying et un outil de promotion de ces entreprises, avec une vue transverse, travaillant sous forme de club d’affaires, en relation avec les autres comités sectoriels de la Chambre Française de Commerce.

A Hong Kong, comité créé en 2015 en partenariat avec la Chambre de Commerce Française, et le Consulat Général de France. Il a aussi pour vocation de permettre aux entreprises françaises de se rencontrer régulièrement, de créer des synergies, et de renforcer leur position autour de projets communs, notamment dans le cadre du vaste projet chinois des Nouvelles Routes de la Soie.

En Chine et en Inde :  La création d’un nouveau comité à Shanghai a été lancé début 2018, et un autre est en projet à Mumbai en Inde.